Tuto et infos : Fabrique ton volcan en origami !

Sur cette page, nous vous proposons un modèle pour construire soi-même un volcan en origami et ainsi mieux comprendre le fonctionnement de ces montagnes qui crachent du feu de façon ludique. Nous allons tout d'abord regarder comment faire ce pliage et nous regarderons ensuite un peu plus en détail les différentes parties des volcans. (Et bien sûr, ce n'est pas que pour les enfants !)
 

Construire son volcan en origami

Ce pliage se base sur un modèle très connu et très simple à faire que l'on appelle en général « cocotte » ou « salière ». Si vous avez une imprimante, vous pouvez cliquer sur l'une des deux images ci-desous pour la télécharger : nous avons fait une version en couleur et une autre en noir et blanc à colorier soi-même (attention à bien prendre des couleurs qui ressemblent au modèle). Bien entendu, vous pouvez redessiner à la main le volcan en copiant le modèle en noir et blanc. Il faut alors juste faire attention à ce que le dessin s'inscrive dans un carré pour que l'on puisse le plier correctement.

Le mode d'emploi pour faire le pliage est en bas des fichiers PDF.

En savoir plus sur les volcans

Maintenant que le pliage est fait, vous pouvez voir qu'il y a à l'intérieur différentes parties que nous allons regarder plus en détail maintenant.

Le cône volcanique

volcan-mayon
volcan-mayon - volcan-mayon - volcan-mayon

(Photographie de Tomas Tam)

Le « corps » du volcan est appellé « cône volcanique ». Il existe plusieurs types de volcan et donc plusieurs types de cônes : certains sont applatis alors que d'autres sont très pentus. Ces cônes sont composés d'un empilement plus ou moins complexe de cendres, de scories (de petites roches légères et poreuses) et de coulées de lave durcies.

La photographie ci-contre montre le volcan Mayon qui se trouve aux Philippines. Il s'agît d'un stratovolcan. Cela signifie que son cône est constitué d'un empilement de couches de lave et de couches de cendre, comme celui du pliage. Il faut de très nombreuses éruptions successives pour qu'un volcan ressemble à celui-ci.

Le cratère

Les cratères volcaniques sont les dépressions que l'on trouve au sommet des volcans. Quand le volcan est actif, c'est-à-dire qu'il rejette de la lave, c'est par cet endroit qu'elle sort. Un volcan peut avoir plusieurs cratères. Dans ce cas, les plus petits, qui peuvent par exemple être sur les flancs du cône, sont appellés des « cratères secondaires ».

L'image ci-dessous à gauche est une image satellite du piton de la Fournaise, un volcan encore actif qui se trouve sur l'île de la Réunion, dans l'océan Indien. On peut voir au centre le trou du cratère d'où sont parties des coulées volcaniques (les traces plus sombres). La deuxième photographie a été prise par un garde forestier durant une éruption de ce volcan : de grandes gerbes de lave sortent du cratère et on peut voir tout à droite sous l'hélicoptère des coulées de lave qui vont vers l'océan.

piton-fournaise1
piton-fournaise1 - piton-fournaise1 - piton-fournaise1
  
piton-fournaise2
piton-fournaise2 - piton-fournaise2 - piton-fournaise2

(Crédits : Nasa (domaine public) // Bruno Navez (CC-BY-SA))

Les coulées de lave

Etna
Etna - Etna - Etna

(Photographie : Romgiovanni - CC-BY-SA)

La lave est une roche en fusion qui est émise par les volcans. Il ne faut pas la confondre avec le magma, un mot qui désigne cette roche en fusion avant qu'elle n'arrive à l'air libre. La lave peut être plus ou moins liquide en fonction de sa composition : certaines coulent vite et forment de grandes coulées de lave (volcans dits « effusifs ») alors que d'autres, plus visqueuses, peuvent faire comme des bouchons dans les volcans et provoquer des explosions (volcans dits « explosifs »). Dans l'histoire géologique de la Terre, il y a eu quelques gigantesques éruptions volcaniques. Par exemple, il y a 251 millions d'années, en Sibérie, une région grande comme dix fois la France a été recouverte de lave. La témpérature de la lave varie généralement de 700 et 1200°C.

La photographie ci-contre montre une coulée de lave sur l'Etna, un volcan italien.

Cheminées volcaniques et necks

Les cheminées volcaniques sont les conduits qui partent de la chambre magmatique et conduisent le magma à la surface. Si un volcan a plusieurs cratères, il a également plusieurs cheminées. Quand la lave à l'intérieur d'une cheminée refroidie et durcie, elle forme ce que l'on appelle un « neck » que l'on peut admirer quand il est dégagé par l'érosion (vent, eau, etc.).

Ci-dessous, quatre exemples de neck avec, de haut en bas et de gauche à droite : la Devils Tower aux États-Unis, sans doute le neck le plus connu au monde ; le pico Cão Grande sur l'île de Sao Tomé, haut de 300 mètres ; deux necks en République Tchèque sur lesquels ont été construit le château de Trosky ; et, plus proche de nous, le neck d'Aiguilhe et l'église Saint-Michel dans la Haute-Loire.
 
Devils Tower
Devils Tower - Devils Tower - Devils Tower
 
Pico Cao Grande
Pico Cao Grande - Pico Cao Grande - Pico Cao Grande

Chateau de Trosky
Chateau de Trosky - Chateau de Trosky - Chateau de Trosky
 
Neck d'Aiguilhe
Neck d'Aiguilhe - Neck d'Aiguilhe - Neck d'Aiguilhe
(Photographies : Nathaniel H. Darton de l'USGS (domaine public) // Helena van Eykeren (CC-BY) // Zdenek Fiedler (CC-BY-SA) // Jean-Pol Grandmont (CC-BY-SA))

Les dykes

Dyke
Dyke - Dyke - Dyke

(Photographie : Jeffrey Beall - CC-BY)



Les dykes sont des intrusions de magma dans une fracture verticale à l'intérieur d'un volcan. De la même façon que les necks sont les vestiges d'anciennes cheminées volcaniques, on peut observer des dykes à la surface de la Terre quand la roche dans laquelle le magma s'était infiltré a disparu à cause de l'érosion. Il ne reste alors que la lave durcie qui prend l'apparence d'un mur. Car attention : sur le pliage, les dykes ressemblent à des conduits comme les cheminées mais ce sont en réalité des intrusions qui peuvent être très larges. On peut par exemple le voir sur la photographie ci-contre qui montre un dyle dégagé par l'érosion dans le Colorado, aux États-Unis.

Chambre magmatique et zone de fusion partielle

Voici la partie la plus difficile à se représenter et sur notre pliage nous avons dû énormément la simplifier. Le magma, avant de monter vers la surface par la cheminée, passe par une chambre magmatique située à quelques kilomètres de profondeur. Sur la plupart des schémas, cette chambre a la forme d'une grosse poche remplie de magma. Dans la réalité, la situation est plus complexe : les chambres magmatiques sont plutôt des ensembles de petites poches et de fractures qui s'entrecroisent. Certains volcans n'ont pas de chambre magmatique du tout.

Le magma qui se trouve dans la chambre magmatique provient d'un endroit encore plus en profondeur : la zone de fusion partielle qui se trouve plusieurs dizaines de kilomètre plus bas. À cette profondeur, les conditions de pression et de température sont telles que des roches à l'origine solides sont partiellement fondues : c'est comme ça qu'est produit le magma. Encore une fois, il ne faut pas voir cette zone comme une poche aux contours bien délimités mais plus comme une « éponge » de roche solide gorgée de magma.
 
zone-de-fusion-partielle
zone-de-fusion-partielle - zone-de-fusion-partielle - zone-de-fusion-partielle

Représentation schématique des processus magmatique et volcanique dans la Terre
(Crédit : Woudloper - CC-BY-SA)