Publication scientifique


Des fossiles découverts dans un environnement hydrothermal vieux de 3,42 milliards d'années

le 19 juillet 2021

Laurence Lemelle, chercheuse au LGL-TPE a participé à une étude de microfossiles exceptionnellement préservés, découverts dans un environnement vieux de 3,42 milliards d'années.

La vie sur Terre a-t-elle été apportée par les comètes qui l’ont bombardée, ou bien est-elle apparue dans la soupe primitive des premiers océans ? Alors que les conditions géochimiques propices au développement de la vie sur une Terre primitive, pauvre en oxygène, sont encore très débattues, les plus anciens microfossiles donnent un aperçu de l’adaptation des cellules et des réactions chimiques qui ont permis d’entretenir la vie dans ces conditions.

Une équipe de recherche s'est penchée sur des microfossiles carbonés exceptionnellement préservés, découverts dans un environnement hydrothermal sous-marin vieux d'environ 3,42 milliards d'années. Il se trouve dans la ceinture des roches vertes de Barberton, communément considérée comme le “berceau de la vie“ en Afrique du Sud. Ces microfossiles uniques, intégrés dans un paléo-environnement favorable, permettent de chercher des marqueurs du métabolisme cellulaire à travers l'analyse de métaux particuliers. En effet, les réactions biochimiques sont catalysées par des protéines qui contiennent des métaux de transition, en particulier du nickel.

Pour cela, les scientifiques ont étudié un filament biogénique issu d’un de ces microfossiles. La nano-spectroscopie d'absorption XANES, qui permet d’analyser l'environnement chimique au voisinage des métaux, a été mise-en-œuvre pour la première fois à 50 nm de résolution spatiale. Elle a révélé une concentration en nickel compatible avec celle des protéines actuelles impliquées dans le métabolisme anaérobie (sans oxygène) du méthane. Cela signifie qu’il y a 3,42 milliards d’années, il existait déjà, au fond de la mer, des formes de vie capables de métaboliser le méthane dans un environnement pauvre en oxygène.

 
Nickel dans les filaments kérogeniques. (A) Carte de la distribution de Ni dans un micro-filament d'une coupe FIB de 3.1 µm d'épaisseur. (B) Spectres nano-XANES mesurés dans le filament (rouge) et dans un standard de NiO (bleu).
Nickel dans les filaments kérogeniques. (A) Carte de la distribution de Ni dans un micro-filament d'une coupe FIB de 3.1 µm d'épaisseur. (B) Spectres nano-XANES mesurés dans le filament (rouge) et dans un standard de NiO (bleu).

Nickel dans les filaments kérogeniques.
(A) Carte de la distribution de Ni dans un micro-filament d'une coupe FIB de 3.1 µm d'épaisseur.
(B) Spectres nano-XANES mesurés dans le filament (rouge) et dans un standard de NiO (bleu).
 

En savoir plus

La brève est disponible sur le site de l'INSU.
 

Cellular remains in a ~3.42-billion-year-old subseafloor hydrothermal environment – Science Advances, 2021
B. Cavalazzi, L. Lemelle, A. Simionovici, S. L. Cady, M. J. Russell, E. Bailo, R. Canteri, E. Enrico, A. Manceau, A. Maris, M. Salomé, E. Thomassot, N. Bouden, R. Tucoulou et A. Hofmann

https://doi.org/10.1126/sciadv.abf3963

Publié le 23 juillet 2021 Mis à jour le 13 septembre 2021